La liturgie

Au sens profane, « liturgie » signifie : « service publique rendu à quelqu’un ». Au sens religieux : « service communautaire rendu à Dieu ». Elle est la proclamation de l’Evangile, action de reconnaissance et réponse de l’être humain à l’amour premier du Père.

En nous accordant la grâce de pouvoir le célébrer, Dieu nous rend le service que nous lui devons : pouvoir vivre notre identité, c’est-à-dire l’aimer, en communion avec nos frères et nos sœurs, et nous mettre mutuellement au service des uns des autres.

La liturgie est une aide sur notre chemin de communion avec le Père et avec notre prochain. Elle a ses règles, comme la vie en a. Ainsi elle permet des préparations, des progressions, des découvertes, des aboutissements, dans un rythme commun qui ne perd aucun de ceux qu’elle entraîne.

Dans la liturgie nous sommes chez nous. Elle nous enracine dans la vie. Elle nous permet de porter nos vies rassemblées, de les présenter au Père et de les remettre sans cesse au service du Christ et de celles et ceux qu’il nous confie.

Peu à peu la liturgie devient ce tissu de relations entremêlées qui tient ensemble nos vies et celle de l’Eglise ; unissant entre eux non seulement les divers participants, mais aussi les divers éléments de notre propre vie si souvent dispersés.

Ce tissu de relations traverse le temps et l’espace. Dans la communion des saints, ses fils nous unissent à tous les croyants : ceux d’hier, ceux de partout sur la terre habitée, ceux qui nous succèderont. Fils tissés dans la joie et la souffrance, dans le bonheur et la lutte, dans le chant et la fatigue, de l’enfance à la vieillesse.

 

Le service Vie communautaire et cultuelle.