Un constat et un essai de réponse

Chanter est constitutif de l’annonce de l’Evangile et de la célébration du culte.

On constate toutefois que, depuis quelques décennies, lors de célébrations et de rencontres d’Eglise, les gens sont de moins en moins capables de chanter

ensemble. Pour diverses raisons liées aux changements culturels et à l’organisation ecclésiale, le répertoire se perd. Il y a là un réel défi pour notre Eglise.

Il y a quelques années dans le Bad-Württemberg (Eglise réformée d’Allemagne) puis en Suisse alémanique (Commission de liturgie des Eglises réformées de langue allemande) des listes des chants constituant le noyau central du répertoire réformé ont été élaborées à la demande, notamment, des responsables de la catéchèse qui se demandaient quels chants apprendre aux jeunes, pour contribuer à leur enracinement réformé. Ces listes recommandées par les autorités d’Eglises sont indicatives.

Proposées pour contribuer au renforcement du tissu ecclésial, elles ne limitent en rien l’usage d’autres chants. L’objectif est de susciter une plateforme commune pour le chant en Eglise, de contribuer à consolider un répertoire restreint qui lie, relie les chrétiens qui le connaissent et ont l’occasion de chanter dans les diverses activités ou événements de leur Eglise.

Cherchant à contribuer au soutien du chant en Eglise, le Conseil du SCVCC s’est intéressé à ces démarches et a décidé, dans le cadre de la mise en œuvre du programme de législature du Conseil synodal, de proposer une telle liste, à partir du recueil Alléluia, intitulée : Les Incontournables, 50 CHANTS POUR ETRE ENSEMBLE. Pour découvrir les incontournables, cliquez-ici.